La CSMF, premier syndicat de médecins libéraux, expose ses recommandations pour lutter contre les déserts médicaux : faciliter l’installation de la famille du médecin, développer l’exercice mixte et la télémédecine, indemniser les internes pour leur logement, … autant de pistes présentées dernièrement au ministère de la Santé.
télémedecine

Développer les stages dans les cabinets libéraux

Pour pallier le manque de praticiens dans certaines zones (déserts médicaux), pour rappel, le nombre de médecins en activité régulière est en baisse de 10% en 2017,   la CSMF propose de rendre obligatoire dès les premières années d’études et d’exécuter pendant l’internat en médecine générale, au minimum 12 mois de stage en ville et 6 mois pour les autres spécialités. Mais un stage effectué hors du lieu d’études a un coût. Le syndicat souhaite qu’un logement soit mis à disposition gratuitement ou que des indemnités soient reversées au futur médecin, ainsi que pour les frais de déplacement. En complément de ces points, il est nécessaire de pousser les libéraux à s’impliquer davantage en tant que maître de stage, avec notamment, une amélioration de leur gratification.

Installation de la famille du médecin, exercice mixte et télémédecine

L’accompagnement familial du praticien est indispensable pour les collectivités afin d’inciter les médecins à s’installer dans les déserts médicaux, en leur facilitant l’accès à des places en crèche pour les enfants ou encore, en accompagnant le conjoint dans sa recherche d’emploi. L’exercice mixte (salarié et libéral), la délégation de tâches entre médecins et la télémédecine (qui doit notamment être défendue auprès de l’Assurance Maladie) sont des préconisations supplémentaires du syndicat pour lutter contre les déserts médicaux.

Qu’en est-il du plan du gouvernement ?

Agnès Buzyn, ministre de la Santé, a affirmé devant la commission des Affaires sociales de l’Assemblée, qu’une ligne budgétaire serait créée dans le prochain budget de la Sécurité Sociale et que le ministère supprimerait les blocages administratifs, qui empêchent les exercices mixtes ou la délégation de tâches. D’ici à 2022, l’Etat prévoit également le doublement des maisons de santé. En effet, face aux déserts médicaux, « il faut que tout le monde se retrousse les manches » a averti Jean-Paul Ortiz, président du syndicat CSMF.