Les patients américains désirent voir le numérique moderniser les services de santé. Les résultats d’une récente étude menée par Kelton Global démontrent que les malades sont plus que prêts à voir leur système de santé évoluer.

Des systèmes numériques trop peu nombreux

L’étude réalisée par Kelton Global pour le compte de Surescript s’est portée sur 1000 patients adultes. Les résultats témoignent d’une frustration face au manque de services en ligne ou numériques proposés dans le domaine de la santé. Ainsi, 55% des malades constatent que leur dossier médical est insuffisamment renseigné, voire absent lorsqu’ils consultent un médecin. Pourtant la numérisation dudit dossier permettrait à chaque professionnel de santé d’accéder à ces informations. Les patients estiment en outre que le praticien ignore les prescriptions en cours ou leurs allergies (61% des sondés), et même leurs récentes hospitalisations (44%).

Trop de « paperasse » dans le système de santé actuel

Ce que l’étude pointe surtout du doigt, c’est une incompréhension généralisée. A l’heure du numérique, les patients estiment qu’une visite chez le médecin engendre trop de « paperasse » (57%). Une surcharge de papiers qui serait évitée avec l’usage du numérique. En outre, les sondés sont toujours stupéfaits de devoir encore remplir des formulaires en papier (55%), malgré les avancées technologiques.

Les médecins connectés ont la côte chez les patients

Les médecins qui privilégient l’ordinateur ou la tablette ont la côte chez les patients américains. Un praticien préférant ces techniques au papier est jugé plus organisé et efficace (70% des sondés). L’usage des nouvelles technologies donne aussi plus confiance (65%), et apporte même une sensation de soulagement (68%). Sûrement provoquée par l’idée de ne pas avoir à remplir la fameuse « paperasse ». Son efficacité n’est cependant pas surévaluée. Seuls 33% estiment qu’un docteur connecté est plus compétent. C’est sans surprise la prise de rendez-vous que les patients aimeraient voir évoluer. En France de nombreux sites, comme celui développé par Medifil monrdv.com, proposent ce service. Aux Etats-Unis, 44% des interrogés aimeraient qu’un programme similaire soit offert par leurs médecins.