Plus de 90% des Français et leur médecin perçoivent leur relation comme bonne. Consciente de l’importance du lien qui unit malades et personnels de santé, la Fondation MACSF, en collaboration avec Harris Interactive, a réalisé une étude sur la relation patient/soignant. Cette analyse a été menée sur un panel significatif de 1000 personnes parmi la population française âgée de plus de 18 ans. Voici un compte-rendu des résultats obtenus.

Etat des lieux de la communication entre patients et professionnels de santé

Les patients et personnels de santé interrogés considèrent que leurs relations sont bonnes. Ils estiment également à 98% du côté des patients et à 97% du côté des soignants qu’une communication claire et intelligible entre les 2 parties est indispensable. Un bilan très positif qui témoigne de l’évolution de l’offre de soin ces dernières années. On constate en effet une transition réussie du « cure » (avec un traitement uniquement technique) au « care » (où l’empathie prend plus de place).

Cette bonne relation est basée sur un principe simple d’écoute et de compréhension mutuelle :

  • 96% des patients écoutent les soignants / 99% des soignants écoutent les patients.
  • 82% des patients et 84% des soignants se sentent compris.

Comment améliorer la relation patient-soignant ?

Bien que la communication soit jugée bonne, il est possible d’améliorer la relation entre les praticiens et leur patientèle en renforçant certains points.

  • Plus de pédagogie : 61% des patients attendent davantage d’explications sur leur pathologie. 33% souhaitent que leur médecin adopte un langage moins technique.
  • Plus d’humanité : 84% des soignants et 85% des patients estiment que les soins pourraient être plus humanisés en accordant plus de place à la famille.
  • Plus de formation:92% des questionnés sont favorables à la formation des personnels de santé aux techniques de communication.

Ecoute, communication, confidentialité : Médifil met ces valeurs au cœur de la gestion de relation patient. Votre télésecrétaire médicale dialogue constamment avec les malades pour s’assurer de la clarté des informations fournies : la communication est donc une priorité dans notre métier.