Avec 57 % des voix au premier tour, c’est le médecin généraliste breton Eric Henry qui a été élu président du Syndicat des Médecins Libéraux (SML) le 13 décembre dernier.

Eric Henry, un président élu dans un contexte de contestations

Alors que les mobilisations se multiplient pour protester contre le projet de loi Santé, présenté par la ministre de la santé Marisol Touraine en Conseil des Ministres en octobre dernier, Eric Henry a été élu président du Syndicat des Médecins Libéraux. Le médecin breton de 53 ans succède à Roger Rua, qui quitte la présidence après 2 années d’exercice. Eric Henry, un personnage dynamique qui n’hésite pas à taper du point sur la table, devrait poursuivre la politique contestataire menée au sein du SML. Le docteur de secteur 1, premier de ce secteur à devenir président du Syndicat des Médecins Libéraux, est capable de mener à bien des projets. Il est ainsi à l’initiative du concept de « médecin volant », et de la Fédération bretonne interprofessionnelle de santé (FBI), un organisme qui s’occupe de dossiers de santé publique.

Eric Henry, ses projets en tant que président du SML

Eric Henry est un fervent défenseur de la médecine à taille humaine. Il estime que les activités de médecine libérale s’exercent selon cette valeur et que cela doit rester ainsi. Un docteur ne peut pratiquer son métier à la manière de l’hôpital, c’est-à-dire avec un traitement de masse. A moyen termes, il souhaiterait qu’une nouvelle convention médicale soit négociée. En effet, le médecin juge que celle qui a été signée en 2011 n’est pas assez en accord avec les enjeux des médecins libéraux aujourd’hui. En ce qui concerne les relations du SML avec la Confédérations des Syndicats Médicaux Français (CSMF), considérées comme variables, Eric Henry rassure. Il précise qu’il a contacté Jean Paul Ortiz, président de la CSMF, pour lui confirmer qu’ils travailleraient de concert pendant son mandat.