Actualisation en date du 9 novembre 2021

Cet article d’actualité reflète un état des lieux sur le sujet traité à la date de sa publication. L’évolution ultérieure de la situation peut le rendre en tout ou partie caduc.

30 sélectionnés pour constituer le Store de l’ENS 

Le GIE Sesam-Vitale, en partenariat avec le ministère des Solidarités et de la Santé, l’Assurance Maladie et l’Agence du numérique en santé ont annoncé en février 2021 les résultats de l’appel à candidature pour le Store Espace Numérique de Santé. 138 dossiers ont été présentés, parmi lesquels 30 industriels ont été sélectionnés pour participer à des ateliers visant à « coconstruire le store qui sera mis à disposition des usagers début 2022 ».

Le GIE avait alors affirmé : « Le référencement au store de l’ENS a pour objectif d’apporter de la confiance et de la lisibilité aux usagers, aux professionnels de santé et aux offreurs de services ».

 

Calmedica : une startup de surveillance médicale basée sur le dialogue par SMS 

La start-up Calmedica, spécialisée dans l’utilisation de l’intelligence artificielle dans la prise en charge des patients fait partie des 30 entreprises présélectionnées pour tester techniquement la connexion à l’ENS. Il s’agit de la seule startup de ce panel et a déjà suivi plus de 7 millions de patients depuis sa création.

 

La technologie développée par Calmedica consiste à proposer un outil dénommé MemoQuest, véritable robot conversationnel capable, à la fois, de dialoguer par SMS avec les patients et d’alerter le personnel soignant en cas de besoin.

 

« 1 patient sur 2 en France ne dispose pas d’un smartphone et quand ils en ont, ils l’utilisent pour des opérations simples (téléphone, photo, messagerie). C’est ce qui nous a menés à fonder notre solution de suivi sur le SMS» déclare Alexis Hernot, Directeur Général de Calmedica. 

 

Cette technologie repose sur un algorithme de questions/ réponses, également appelé « protocole » qui prévoit les questions à poser, le jour et l’heure auxquels il faut contacter les patients, ainsi que les réponses qui doivent conduire à contacter le corps médical compétent.

Via Calmedica, le patient obtient une réponse directement sans besoin d’une connexion internet ou 3G, ni application à télécharger au préalable, ni identifiant et mot de passe à renseigner pour accéder au service.

 

L’ENS, une opportunité considérable 

 

À la question de savoir en quoi l’Espace Numérique de Santé constitue une opportunité pour Calmedica, son Directeur Général, Alexis HERNOT répond que l’ENS est un complément à la solution proposée par la startup. « Grâce à l’ENS, les patients pourront bientôt déposer directement leurs informations dans un portail, or, Calmedica n’a pas vocation à créer ce type de portail. Nous sommes donc complémentaires.» 

 

L’on peut tout à fait imaginer que Calmedica envoie aux patients un message SMS du type : « Pour accéder à l’ensemble de vos documents, entrez dans votre Espace Numérique de Santé en cliquant sur le lien suivant ».

 

En somme, l’ENS peut être comparé à un navigateur internet de la santé où l’on trouvera de multiples services de santé dans un même endroit et accessibles en une seule et unique connexion, ce qui représente un atout majeur pour les patients. 

 

L’humain, une valeur préservée par le système 

 

Des millions de patients ont déjà été suivis par Calmedica, notamment pour le compte de l’Assurance maladie depuis le début de l’épidémie de Covid. En demandant aux patients s’ils avaient besoin d’aide durant leur isolement, Calmedica a permis d’éviter 95% des appels à ce sujet.

 

Medifil et Calmedica ont ainsi, en commun de préserver l’aspect humain derrière la technologie. En effet, en sélectionnant via MemoQuest les patients à rappeler, Calmedica évite un maximum d’appels non urgents. La startup réussit à identifier les patients qui présentent un besoin de suivi particulier et permet ainsi aux professionnels de santé de se concentrer sur les patients qui en ont réellement besoin.  Calmedica propose en effet de poursuivre la conversation avec une personne qualifiée par téléphone à tout moment et s’engage à respecter la réglementation sur la protection des données de santé.

 

Le saviez-vous : l’ENS crée l’Identifiant National de Santé 

 

Le but principal de la sélection des industriels visait à valider la partie technique de l’Espace Numérique de Santé. La question se posait en effet de savoir comment identifier les patients correctement ? 

On ne peut utiliser le numéro de sécurité sociale parce qu’il est lié à des informations confidentielles, c’est pourquoi il a été décidé de créer pour chaque personne qui se connectera à l’ENS un Identifiant National de Santé (INS), y compris pour les enfants qui ne disposent pas, en France de numéro de sécurité sociale.

 

 

Medifil est heureuse de vous avoir présenté Calmedica, sélectionnée pour intégrer le store ENS. Nous vous accompagnons afin de vous aider à mieux comprendre le fonctionnement et les enjeux de l’Espace Numérique de Santé.

Suivez-nous sur notre page LinkedIn pour en savoir davantage !